Bois de chêne – Pourquoi le Quercus est le chouchou de nos forêts

Si l’on tient compte des hybrides, il existe près de 600 espèces d’arbres du genre Quercus ou bois de chêne. Ce genre est lui-même divisé en 5 sections selon l’origine, la taille et la qualité des glands de l’arbre. Il existe aussi 2 catégories selon si le feuillage est caduque ou persistant.

Cet arbre est très répandu en France. Il recouvre 40 % de ses forêts en dessous de 500 mètres d’altitude. Toutes les espèces sont originaires de l’hémisphère nord de la planète.

Il a besoin d’espace pour ses racines et de lumière pour son feuillage. Avec ces conditions présentes et sans attaque extérieure, comme une tempête, ou un parasite,  il peut vivre jusqu’à 600 ans.

Sa beauté, sa force et sa longévité en font le roi des forêts. Sans compter que certaines espèces peuvent atteindre 30 mètres de haut !

Pour sa reproduction, il se suffit à lui-même, puisqu’il est monoïque. Comprenez que les fleurs mâles et femelles sont sur le même arbre. Les chatons, fleurs mâles, avec le pollen en grappes qui chatouille le nez de beaucoup, naissent au printemps et les fleurs femelles naissent ensuite pour accueillir le pollen et produire les glands.

Les chênes dans nos jardin

Chênes dans un jardin

En France, la majorité des chênes à l’état naturel sont à feuilles caduques. Le plus connu est le chêne commun. Vous savez, celui qui sublime le champ voisin depuis plusieurs décennies ! Haut, au large feuillage avec un gros tronc torturé.

Si l’idée vous venait d’en avoir un dans votre jardin, rappelez-vous qu’un tel arbre peut dépasser les 20 mètres de haut et étendre ses racines les moins profondes (60 cm) dans un rayon de 3 mètres autour de lui.

Si votre jardin est insuffisant pour cette espèce, en voici quelques-unes vers lesquelles vous tourner :

  • Le Quercus coccifera, parfait pour les sols secs : 2 mètres à maturité
  • Le Quercus cerris variegata : 7 mètres à maturité
  • Le Quercus robur concordia : 7 mètres à maturité
  • Le Quercus glauca, pour tout type de sol sauf calcaire : 10 mètres à maturité

L’idée maîtresse est que les chênes aiment la lumière. Ensuite, chaque espèce a ses préférences quand au type de sol et au climat.

Prenez le temps de vérifier ces détails importants pour la bonne croissance de votre chêne car certains ne tolèrent pas du tout les sols calcaires, comme le Quercus glauca cité plus haut, ou  le Quercus petraea. Certains également peuvent supporter un sol très humide, comme le Quercus palustris, alors que le Quercus coccifera, par exemple, est à son aise dans un sol sec.

Côté glands

Glands de chêne

En général, lorsqu’un chêne atteint l’âge de 20 ans, il commence à produire des glands. Après environ 40 ans, il commencera à produire abondamment, jusqu’à 900 kilos ! Si c’est vous qui l’avez planté, ça vous laisse le temps de voir venir. Un bel héritage pour la génération suivante.

La profusion de glands peut malheureusement devenir ennuyeuse, voire dangereuse, d’où le conseil de planter le ou les arbres à une bonne distance de votre habitation. Mais de quels ennuis ou dangers s’agit-il ?

Différents risques se présentent lorsque de grandes quantités de glands tombent au sol ou pleuvent sur votre toit et votre voiture :

  • Le bruit d’une pluie de glands sur votre toiture qui vous empêche de dormir les nuits venteuses.
  • Les gouttières bouchées par les glands et les feuilles en automne.
  • La douleur d’un gland qui vous percute après une chute de 15 mètres de haut poussé par un vent intense.
  • La chute lorsque un bon tas de glands roulent sous votre pied alors que vous regagnez votre voiture.

Mais, une fois que vous avez pris les bonnes décisions pour maîtriser ces quelques aspects, considérez le côté positif de ce fruit.

La plupart des glands sont comestibles et très nutritifs. Cependant, avant de les consommer, sachez que les tanins qu’ils contiennent sont potentiellement nocifs à l’état cru. Ils s’évacuent toutefois par trempage avec de l’eau chaude ou froide.

Si l’expérience vous tente, pour des recettes salées ou sucrées ou la fabrication d’un café,  il est possible de trouver des sites très documentés qui proposent des recettes du monde entier, comme celui-ci : https://practicalselfreliance.com/acorn-recipes, avec l’option de traduction en français.

Les humains ne sont pas les seuls à apprécier les glands des chênes. Certains Insectes, oiseaux, petits et grands mammifères aimeront faire un détour sous et dans votre chêne pour se ravitailler. Vous profiterez ainsi de jolis moments à observer lapins, écureuils, colverts ou geais profiter de cette manne. 

Les glands peuvent aussi attirer les sangliers, qui parfois labourent  un peu trop le terrain où ils se nourrissent. Une expérience tout de même rare pour ceux qui habitent dans une région à sangliers, en campagne et sur un terrain non clôturé.

Le bois de chêne côté bûches

Bois de chêne pour le chauffage

Sa réputation comme bois de chauffage n’est plus à faire. Celui-ci fait partie des bois durs et denses. Ces caractéristiques permettent une combustion plus lente et une source de chaleur plus élevée par rapport aux autres essences.

Mais attention, la qualité de la combustion sera uniquement assurée si le bois est sec. Le bois est composé de milliers de petits trous qui retiennent l’humidité, humidité qui provient de l’eau absorbée par l’arbre avant sa coupe. Pour que sa combustion soit bonne et non polluante il est nécessaire de laisser cette humidité disparaître.

Combien de temps de séchage pour le bois soit prêt à fournir une bonne chaleur ?

Il a plusieurs critères qui entrent en ligne de compte dans le processus de séchage.

  • L’humidité environnante.
  • La taille de coupe.
  • Le stockage (empilage avec ou sans espaces entre chaque bûche).

La plupart des espèces, bien coupées, bien empilées et dans un environnement pas trop humide mettent environ un an par 2,5cm d’épaisseur à sécher.

Même s’il ne faut pas oublier que le style de poêle ou de cheminée que vous avez, ainsi que leur entretien a aussi un impact sur la qualité de la chaleur, le chauffage au bois est le système de chauffage le plus agréable à regarder, l’un des plus écologique et qui dégage une chaleur radiante très confortable. Une invitation à se prélasser dans un fauteuil  douillet face au feu avec une bonne tasse de café de glands !

Le bois de chêne côté menuiserie

bois de chêne en menuiserie

Le chêne sert depuis la nuit des temps pour la charpente, l’ébénisterie, la sculpture, les traverses de chemin de fer et les tonneaux, pour ne citer que quelques utilisations.

Pourquoi ce succès ?

À part le fait qu’il soit répandu, son bois dense, et qui durcit en vieillissant, en fait une essence qui ne nécessite aucun traitement de préservation contre les insectes et l’humidité normale ambiante. C’est un des bois les plus durables et son entretien est minime. Il a une dureté relative supérieure à celle du cerisier ou du noyer par exemple.

Depuis les tables massives campagnardes du Moyen-âge jusqu’à aujourd’hui, le bois de chêne est toujours aussi présent dans nos maisons. Ce qui a changé au fil du temps ce sont les styles. Il y a eu la période gothique, le style Tudor, le style Louis XIV, l’époque Régence, le style scandinave très épuré et bien d’autres.

Pourquoi le chêne est utiliser pour vieillir le vin et le whisky ?

Peut-être que cette question vous trotte dans la tête : pourquoi l’avoir choisi pour faire des fûts pour le vin ou le whisky ?

Pour faire simple, les saveurs de ce matériau apportent un plus aux alcools élevés en leur sein. Les barils sont passés au feu, un peu comme vos toasts du matin, plus au moins longtemps  selon si l’on veut donner au vin des notes de vanille et de caramel ou des arômes fumés et torréfiés. Les fûts plus petits donnent plus de saveur de chêne puisqu’il y a plus de contact entre le bois et le vin.

Le bois de chêne a un autre effet sur le vin. Il lui lègue ses tanins qui solidifient sa structure, lui offrant ainsi une plus grande longévité. Une fois que le fût perd ses composés aromatiques, il peut toujours être utilisé pour un vin que l’on souhaite sans saveur de chêne.

Parmi les espèces au feuillage caduque, 2 chênes sont particulièrement utilisés pour la fabrication des meubles et aménagement, le chêne blanc et le chêne rouge.

En ce qui concerne les teintes, ne vous fiez pas aux noms car les nuances les plus claires viennent du chêne rouge. Les caractéristiques du grain du chêne blanc le rendent un peu plus résistant à la pourriture que le chêne rouge.

Le grain des chênes est reconnaissable à ses motifs très marqués. Comme ses motifs sont marqués et ont une texture grossière, il est fortement conseillé de teindre ce bois plutôt que le peindre si vous ne souhaitez pas lui conserver sa couleur naturelle.

Un matériau qui a toujours la côte

L’industrie du mobilier contemporain utilise encore beaucoup le bois massif et le chêne n’est pas en reste. Certaines boutiques vous proposent même de personnaliser les dimensions, les teintes et les finitions de vos meubles. 

Voici un exemple de magnifique vaisselier en chêne massif (cliquez pour le découvrir). Bon, ce n’est pas donné, mais il est vraiment beau. De toute façon, la boutique Loberon est vraiment superbe et ça vaut le coup d’œil.

Le chêne est beau, élégant et polyvalent. Quel que soit le style que vous aimez il s’adapte à tous types de finitions et tout style décoratif, qu’il soit classique, nordique, rustique ou moderne. Ne laissez rien ce perdre de cette force de la nature. Même un morceau de tronc peut se convertir en tabouret de salon et quelques tronçons de buches en un cœur décoratif.

Exemples de mobilier en chêne massif chez Amazon

Retour haut de page