La popularité des bijoux en bois à travers le temps

L’inspiration des bijoux en bois modernes nous vient principalement des pays découverts au fil des siècles par les grands pionniers navigateurs et explorateurs.  Les bracelets Mala du Tibet, les colliers en bambou de Chine, les formes géométriques et colorés des bijoux africains et les symboles des tribus Amérindiennes au bout d’un long collier de perles, par exemple.

La création et l’évolution des bijoux varient selon le continent et le pays mais certaines intentions communes semblent avoir guidés les artisans.

La fonction ou le statut social. Les découvertes archéologiques des premières grandes civilisations, telles que la Chine, l’Inde ou l’Egypte, permettent de comprendre que très tôt, les ornements, parures et bijoux permettaient de distinguer les différentes classes sociales.

Ce besoin poussa les hautes classes à utiliser principalement les métaux et pierres précieuses pour se distinguer des autres classes utilisant plutôt des matériaux plus accessibles, tels que les bijoux en corne, en coquillage ou en bois.

La spiritualité. Conjointement au désir d’afficher son rang, existait le fort besoin de protection. Les bijoux ont donc rempli ce besoin avec l’utilisation de nombreux symboles dits protecteurs que les artisans gravaient, peignaient ou incrustaient dans leurs œuvres.

Comme le symbole de Vishnou en Inde, les représentations nombreuses de fleurs en Chine, la forme d’une flèche pour les Amérindiens. Ses symboles sont devenus la carte d’identité des bijoux permettant d’en reconnaitre l’origine.  

Intéressons-nous maintenant brièvement à l’histoire des quelques pays qui ont inspirés nos bijoux. 

LES BIJOUX EN BOIS VENANT D’INDE

Bijou indien et bijoux en bois

Très tôt dans son histoire, l’Inde se place en tête dans l’extraction et l’utilisation des diamants. Les premiers gisements sont découverts dans ce pays qui en gardera le monopole commercial pendant 3000 ans. L’une des plus grandes civilisations du monde antique se trouvait dans la zone connue sous le nom de la « Vallée de l’Indus ».

Des fouilles archéologiques ont mis à jour des bijoux en perles et en pierres, des métaux précieux et des pierres semi-précieuses.

Cette civilisation est bien moins connue que la civilisation Egyptienne puisque découverte très récemment et encore en pleine analyse. Les perles en bois furent utilisées pour des raisons religieuses.

Selon les Bouddhistes, Bouddha, quelques 600 ans avant Jésus, a trouvé la connaissance suprême sous un figuier des pagodes ou arbre de « Bodhi » signifiant « L’Eveil ».

Cet arbre, ses feuilles et ses graines furent rapidement vus comme sacrés. Les graines étaient assemblées en bracelets et colliers aidant le pratiquant à atteindre l’illumination.

Bien plus tard, l’art Indien fut fortement influencé par les Moghols, un empire fondé en Inde par un Turc-Mongol du nom de Babûr. Le Jade, considérée par les Moghols comme étant une pierre magique apportant la victoire, le cristal de roche et l’ivoire furent de plus en plus utilisés.

LA CHINE ET LES BIJOUX EN BOIS

Tout comme les autres grandes premières civilisations, la Chine a dévoilé ses secrets en matière de bijouterie grâce à sa coutume d’enterrer les morts avec leurs biens les plus précieux. On découvrira ainsi une constante dans les styles et les choix des matériaux au fil des siècles.

La pierre de Jade restera la petite « préférée » des Chinois, principalement pour son pouvoir spirituel de relier le monde des vivants à celui de leurs ancêtres.

Les différentes couleurs de Jade permettaient de distinguer le statut des utilisateurs. Le dragon de Jade bleu désignait la royauté.

La Chine a produit des bijoux en très grands nombres pour approvisionner le monde occidental. A tel point, qu’il est encore possible d’acquérir une pièce d’art chinoise en Jade de l’époque Victorienne.

Tout comme pour l’Inde, la Chine a été fortement influencée par l’aspect religieux et l’on y retrouve les colliers et bracelets de perles en bois servant à la pratique du Bouddhisme. Les bijoux Chinois ont toujours contenu des symboles connus du peuple.

Le monde végétal, animal et inanimé avait une signification particulière ou commémorait un événement spécial. Par exemple, le poisson-chat symbolisait le bonheur dans le mariage, la tortue représentait la longévité.

Le jujube, la cacahouète, le bambou, le lotus, la pierre, l’oiseau, le dragon, et bien d’autres sont autant de sujets représentés sur les bijoux ethniques, n’ayant plus guère de signification pour les propriétaires d’aujourd’hui. 

LES ORNEMENTS EN BOIS D’AFRIQUE

Ce continent n’est pas connu que pour ses instruments en bois ancestraux. L’Afrique étant le « berceau de l’humanité », c’est chez elle que commence la fabrication des bijoux. Le plus vieux collier en coquilles d’escargots à été découvert en Afrique du Sud et des perles en coquilles d’œufs d’autruche au Kenya.

Les artisans Africains ont eu tout le temps de développer leur créativité et techniques et de varier le choix des matériaux en passant des matériaux disponibles sur place au début de son histoire aux matériaux importés dès que le commerce avec d’autres pays fut possible. Ainsi, les bijoux africains peuvent être en os, en ivoire, en coquillages, en bois, en pierre taillée ou en ambre, par exemple.

Tous ces matériaux ont été utilisés par les Africains pour confectionner des perles qui feront leur renommée. Les premiers bijoux perlés ont été découverts sur le continent Africain.

Chaque peuple crée sa gamme de bijoux perlés et lui confère un rôle de communication. Un collier peut indiquer d’où vient son porteur, à quelle famille ou à quelle tribu il appartient et quel est son rang. Les plus incroyables ornements perlés sont certainement les couronnes portées par les rois Yoruba du Nigéria. 

LES BIJOUX DES INDIENS D’AMÉRIQUE

L’histoire des bijoux amérindiens est très riche. Certaines découvertes sont datées de plus de 8000 ans avant Jésus. Le but des bijoux est le même que pour les autres peuples. Se parer, informer du rang et de la tribu, et se protéger.

Les principaux matériaux utilisés étaient la turquoise, représentant le ciel, l’os, les pierres précieuses et semi-précieuses, l’argent, le cuivre, le bois et un matériau vraiment original, le piquant de porc-épic.

Ce dernier se transformait comme par magie en bracelet, pince à cheveux ou ornement de vêtements.  C’est suite à l’arrivée des Européens que les Amérindiens ont commencé à confectionner des perles pour les ajouter à leurs bijoux. Perles qu’ils tissaient ensemble avec des tendons d’animaux ou des fibres végétales. A cette même époque, une perle appelée Wampum, était incorporée aux ceintures et colliers.

Nous brossons ici une vue généralisée des bijoux amérindiens alors que chaque tribu avait développé son propre style, reflet de sa culture et de ses croyances.  La localisation de la tribu et des matériaux disponibles ont également contribué à la spécificité des styles.

Par exemple, les Iroquois, au Nord, utilisaient le bois de cerf, les Calusa, qui vivaient sur la côte utilisaient des coquillages. C’est la demande croissante des bijoux en argent et turquoise qui a destiné ce style comme étant LE style amérindien.

LES BIJOUX EN BOIS SONT TOUJOURS POPULAIRES

Nos bijoux en bois portent l’emprunte de toutes ces civilisations. Les perles en bois sont indémodables, les nombreux symboles superstitieux se gravent sur nos pendentifs et les designs ethniques gagnent en popularité. La grande différence est qu’à l’époque moderne ces ornements ne portent plus le même message.

Derrière le choix du bijou en bois il y a la pensée écologique qui tient une place importante, comme pour nous chez WoodooTime. Les premiers créateurs modernes des bijoux en bois on bien comprit que son avenir sera de longue durée puisqu’en accord avec notre recherche de durabilité, de qualité et de protection de notre cadre de vie.

Des bijoux et boîtes en bois pour vous sur Amazon

Laisser un commentaire